Un peu de bon sens !

Hé oui l’homéopathie (tout le monde ne le sait peut-être pas ! ) ce ne sont que des granules de sucre ! Attention les diabétiques !

Un peu de bon sens suffit pour comprendre que ce mélange aussi savant soit il, ne peut pas guérir une maladie même bénigne.

Nous ne sommes plus a l’âge de la préhistoire ou dans l’un des romans Jean Marie Auel, Les enfants de la terre, dont l’héroïne Ayla guérisseuse, soigne ses congénères avec des plantes.

Il faut vivre avec son temps !

Billet d’un neurologue écœuré par les fack médecines comme l’homéopathie . (Sur Twitter @qffwffq)

« Je n’ai pas la prétention d’être à la hauteur de mes collègues poursuivis devant les instances ordinales par les homéopathes.

Mon pseudonyme me protége même si beaucoup savent qui je suis.

Mais je souhaite vous dire quelques mots sur mon activité. 

Quand j’ai commencé mes études de médecine, je voulais déjà être neurologue.

J’étais fasciné par l’idée que l’on ne comprenait pas grand-chose au fonctionnement de notre cerveau, et je m’imaginais que j’allais découvrir tous ses secrets.

Évidemment j’ai grandi et j’ai compris qu’au mieux je ne comprendrai pas plus que quelques éléments très simples du fonctionnement de cet organe.

Mais jeune interne, je croyais que j’allais pouvoir, avec les progrès de la science, guérir des maladies comme le Parkinson, la sclérose en plaques, l’épilepsie, la maladie d’Alzheimer et d’autre pathologies moins connues et encore plus graves.

Mais en continuant de grandir j’ai compris que cela ne serait pas possible.

Pour ceux qui ne le savent pas, ma spécialité est en soi cruellement ironique. 

Nous connaissons énormément de maladies, mais nous sommes impuissants à guérir même les plus simples d’entre elles.

Alors mon quotidien, consiste à assister et soulager des femmes, des hommes, et des enfants, qui parfois de façon soudaine, parfois de façon lente, perdent ce qu’il y a de plus précieux au monde : eux-memes.

Je regarde impuissant des patients perdre leur identité et s’enfoncer dans la nuit de l’esprit en raison d’une démence.

Je regarde en essayant de freiner ou de limiter les dégâts, des individus plus ou moins jeunes qui perdent le contrôle de leur corps dans les pathologies inflammatoires ou dans les syndromes parkinsoniens.

J’essaye avec quelques molécules, de masquer ou circonscrire les symptômes de l’épilepsie afin que des enfants aient une scolarité normale et puisse s’insérer dans une société qui les craint encore.

En neurologie on ne gagne jamais la guerre mais on se bat pour remporter un maximum de batailles.

Et pour cela il faut passer du temps pour gagner la confiance des patients, comprendre qui ils sont, et se mettre à leur service.

Il fait trouver les mots pour annoncer les diagnostics, respecter l’incrédulité et la colère, assister dans la détresse, et les épauler dans la lutte contre la maladie et contre le regard des autres.

Alors quand je vois que certains médecins profitent de cette détresse pour vendre des chimères, quand je vois des médecins facturer de façon indécente une fausse écoute aboutissants à la prescription d’un placebo….

Quand je vois que non seulement ils n’ont pas honte de leurs agissements mais qu’en plus ils ont l’audace d’attaquer ceux qui dénoncent ce charlatanisme, je suis en colère et j’ai honte.

Je suis en colère contre tous ceux qui ont laissé faire en détournant lâchement le regard comme certains de nos ministres, nos facs ou nos autorités morales et disciplinaires professionnelles.

Et j’ai honte, parce que la médecine est un corps de métier, et que ce corps dont je fais partie, a trompé la confiance de patients venus lui demander ce pourquoi nous existons : de l’aide.

L’homéopathie et toutes les pratiques alternatives sont un charlatanisme qui n’existent que pour extorquer de l’argent à des patients que la maladie et l’absence de réponses de la médecine a rendu crédules.

Ceci doit cesser. 

Merci de m’avoir lu. »

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *